La Maison Forte

Florence Cats

Le vivant, l'éphémère

En résidence du 16 au 28 avril

Villeneuve-sur-lot Lot-et garonne Agen Aquitaine Tiers lieu Vallée du Lot Ruralité Villeneuvois sortir culture innovation sciences sortir sortir vacances, tiers lieu, ruralité, culture du vivant

Florence Cats travaille avec le vivant, les éléments, les énergies, sensible à leur dimension éphémère, immatérielle, insaisissable (elle est  également acupunctrice). « Mes outils sont légers, transportables et non invasifs - l’écriture, le dessin, l’eau, la couleur, le thérémine, la voix, le field recording. Ils me permettent une approche spontanée, nomade, poreuses aux rencontres et aux imprévus. Mon travail est toujours en lien avec un contexte, un espace ou un environnement donné, abordés via la promenade, l’écoute et l’immersion. Ma recherche concerne des états de transitions imperceptibles, entre le vide et l'apparition, la porosité et la transparence, le silence et la rumeur. Je suis inspirée par le caractère transitoire et insaisissable de certains phénomènes naturels et j’aime travailler au sein de zones sauvages ou en friche - ruines, terrains vagues, lisières. Je ne cherche pas la définition, la prouesse technique, j’improvise avec l’espace et l’instant, l’imprévu et la rencontre…  En acupuncture l'énergie saisonnière influe sur le pouls et lui donne une forme et une qualité particulière. Cette circulation met en lien l’homme avec le cosmos, elle est au cœur de ma pensée et de ma pratique. Mon jeu expérimental au thérémine se déroule en dialogue avec un espace donné et ses sons ambiants, que ce soient les oiseaux ou les machines, je peux converser à travers l'écoute et la mimesis. La transition se situe également à ce point de bascule, entre le vivant et la machine. Le thérémine m’intéresse car il se situe historiquement à une période de transition. C’est le premier instrument électronique qui fut inventé, inspiré par l’électricité présente dans la nature, entre le soleil et la terre, sous sa forme électromagnétique. Cet instrument se joue dans l'air, sans être touché, à travers le champ électromagnétique. Il est sensible aux variations atmosphériques (grosses chaleur, pluie, humidité) et si je bois plus ou moins d'eau la sonorité est modifiée car une part du circuit électrique est mise à la terre par l'humidité de mon propre corps ».             

Florence vient à La Maison forte travailler à des formes de haïku sonores, joués à un instant T, avec l'environnement : intervention minimale, avec voix, sifflement, percussion du corps, éléments trouvés sur place et avec le thérémine. 
Elle souhaite enregistrer et filmer ces haïkus pour composer un recueil sonore, reflet d'instants transitoires vécus.

Florence Cats donnera un concert à La Maison forte, le samedi 27 avril, dans le cadre de Bazar.