PLATEFORME DE DISTRIBUTION : PRODUIRE ET CONSOMMER LOCAL

Les vendredi 18 et samedi 19 mai, un peu plus d’une vingtaine de personnes ont planché sur la mise en œuvre d’une plateforme locale de production et de consommation alimentaire.

Contexte :

De nombreuses initiatives dans le Lot et Garonne semblent prouver que le cycle court et la coopération peuvent proposer des alternatives de distribution au plus près des besoins des producteurs locaux et des consom’acteurs. La Maison forte aimerait, en définissant, avec ses voisins, amis, producteurs intéressés, un cahier des charges pour une plateforme coopérative, initier un nouveau projet. AMAP, marché, point relais indépendant, Cagette.net, relais d’initiatives existantes… autant de pistes à explorer… L’idée : inventer un rendez-vous convivial à La Maison forte une fois par semaine.

 

Synthèse de l’échange :

Apparaît rapidement un ensemble d’éléments qui rendent ce sujet très complexe à traiter. Si il y a eut dans les années précédentes un groupe d’achat groupé de produits secs et demi secs, si il y a eut un marché à Monbalen, ces deux expériences ont échoué. Les raisons sont la lourdeur logistique qui incombe généralement aux mêmes et un déséquilibre de l’offre et de la demande. Les agriculteurs veulent bien jouer le jeu de se mobiliser mais il faut qu’ils aient l’assurance d’écouler leurs produits. Or, nombre de voisins ont leur jardin, la plupart veulent voir les produits avant de les acheter, peu veulent s’engager dans l’achat de paniers, engagement jugé contraignant. De plus, consommer « bio » reste cher pour nombre de clients potentiels. Enfin, tous souhaitent un rapport de proximité avec les producteurs, un engagement plus fort que celui de consommateur.

 

Pistes évoquées :

– Ce type de solution vaut principalement dans sa capacité à créer du lien, lien entre habitants, liens avec les agriculteurs.

– On ne peut travailler que sur du produit frais, pour être attractif. Il faut pouvoir s’engager sur de l’achat groupé de produits secs et demi secs.

– La logistique doit être simplifiée. Si cela pose des contraintes, c’est la seule condition pour garantir la « rentabilité » et l’économie d’énergie des logisticiens du système. Dans ce cadre, nous avons exploré et nous privilégions la plateforme Open Food network.

– Une offre complémentaire doit être développée pour renforcer le lien aux producteurs (pré-achat, coups de mains, transformation des surplus…)

– Réduction de l’offre pour garantir le lien et la qualité. Ces contraintes nous confortent sur le fait qu’il y a une demande et probablement aucune rentabilité pour les opérateurs de la plateforme. Cela ne vaudrait, à concurrence de 40 à 50 clients par semaine, qu’à la condition de distribuer prioritairement les produits des agriculteurs impliqués dans la synergie de micro projets agricoles de La Maison forte. Nous continuons d’explorer ce sujet mais sa mise en œuvre ne peut qu’être soumise à l’exploitation agricole préalable.