Les mots, maux de la ville ?

Julien Damon et Thierry Paquot

publient aux PUF l’ouvrage

Les 100 mots de la ville, « des ghettos

de riches aux favelas, regards croisés

sur nos réalités urbaines et le futur

des villes ».

 

 

Julien Damon, sociologue, professeur associé au master d’urbanisme à Sciences Po,  était l’invité de France Inter ce dimanche 9 novembre 2014 pour présenter l’ouvrage qu’il publie avec Thierry Paquot, Les 100 mots de la ville.

Interrogé sur ces mots par le journaliste Edouard Zambeaux, le sociologue, spécialiste des questions urbaines, propose une vision acide, mais juste, de la manière dont la ville est abordée par les spécialistes.

La ville selon lui est un « objet de profusion de mots et de qualificatifs, de la ville intelligente à la ville durable en passant par la ville résiliente, la ville verte. » Ces nombreux termes maniés par les architectes, urbanistes et autres experts ont tendance selon lui à être employés non plus pour éclairer, mais tendent au contraire à satisfaire une forme d’entre-soi dans un secteur ou « pour gagner des marchés, il faut faire le malin« .

« Plus un concept est compliqué, plus il sonne profond, plus le nombre de personnes qui le comprennent est réduit, plus il a de chance de se diffuser« , il va plus loin en ajoutant que « la complication des mots de la ville est une manière de repousser le citoyen lambda. »

>> Ecouter le podcast <<

Cette complexification sémantique tant dans le domaine de l’urbanisme que dans celui qui nous concerne ici de l’innovation tend à disqualifier l’expertise ou a minima la participation citoyenne aux processus de coproduction, quand elle ne disqualifie pas les acteurs et institutions parties prenantes.

Des réflexions à creuser dans notre étude… dès que nous aurons lu et chroniqué cet ouvrage.

 

Régis Chatellier