histoire de prunes

Proposition : Deux choses nous motivaient dans cette rencontre, tenter une expérience de théâtre documentaire, qu’est-ce que cela peut raconter des récits et des liens que l’on crée sur un territoire et poser la question, à partir du sujet de l’agriculture contemporaine de savoir qui mange qui ?

Réalisation : Stéphane Schoukroun et Jana Klein ne souhaitaient pas se laisser influencer par une idée de La Maison forte et ont imaginer construire un projet une fois sur place. Le temps étant rapidement compté, les enfants remontant du jardin les bras chargés de prunes et vivant à Agen, leur dévolue s’est jeté sur le pruneau. Passé l’inquiétant vide d’un tel sujet, Jean Marie a décidé de leur ouvrir cet univers par la rencontre avec sa cousine Nathalie puis les rendez-vous se sont enchainés avec Bernard, le Philéas Fogg du pruneau, Evelyne… Les enfants se sont piqués au jeu, nous avons suivi l’itinéraire de la prune Dante de Damas aux amériques, exploré les citations liées aux pruneaux pour aboutir un vendredi soir à quelque chose qui ne pouvait pas ressembler à un spectacle. On a rit, on a pleuré et l’on a été brassé par ce fruit qui nous ressemble et dessinait ce soir là une belle image de transmission et d’hybridation, quelque chose qui nous liait et nous dépassait. Heureux d’entendre les voisins, agriculteurs reconnaitre l’élégance de la démarche, la justesse et le respect avec lequel ils ont construit notre histoire.

Perspectives : Ce spectacle était un accident, que l’on ne peut reproduire mais que l’on ne souhaite pour autant abandonner. Envie de partager ce moment encore. Alors cette croisade du pruneau nous la continuerons l’été 2020, selon un même dispositif et ces témoignages, nous les enregistrerons pour, nous l’espérons, créer le plus petit musée du pruneau du monde.