FERNANDO CABRAL

Explorer la puissance des éléments naturels (l’eau, la terre, l’air, la présence animale et végétale…), telle est l’expérimentation que propose le chorégraphe et danseur brésilien Fernando Cabral comme fil rouge de sa résidence à La Maison forte. Sortir du studio ou de la scène pour engager dans le geste chorégraphique une relation différente à notre environnement naturel.

Un travail fondé sur un éveil ludique, une évocation de l’enfance, une salutation à la vie, impliquant le corps et les sens. Une déambulation créative invitant à augmenter notre perception, notre attention aux éléments naturels…

Danseur et chorégraphe brésilien, Fernando Cabral travaille durant plusieurs années pour des compagnies brésiliennes avant de poursuivre sa formation en Allemagne à la Folkwang Hochschule puis au CNDC d’Angers. Depuis 2007, il est installé à Paris où il travaille avec Dominique Brun, Ambra Senatore, Benoît Lachambre, Lorena Dozio, Nathalie Collantès et Thierry Bédard…

Entre 2008 et 2016 Fernando crée des pièces chorégraphiques et développe son travail artistique au sein de l’Association Bagacera. Il expérimente plus particulièrement l’expérience physique des émotions à travers la figure de la chute, et/ou la relation charnelle du corps et de la nature.

Après 3 jours de répétitions pour notre Jour J#3, tombe l’ordre de confinement. Fernando décide de continuer cette résidence dans ces conditions. La question de la chute devient structurante de cette recherche. Comment vivre la chute ? Et revient à lui, l’image des rites pratiqués aux fonds des jardins brésiliens par sa grand mère. Désormais, à quoi sommes nous connectés ?

Nous retrouverons Fernando Cabral dès notre Jour J #3 (après le déconfinement)