CHEMINS DE FAIRE

Les designers Alizée Perrin et Yoann Vanderdriessche forment le collectif « Chemins de Faire ». C’est un studio de design nomade – en fait un camion de pompier et sa remorque réaménagés en atelier itinérant – studio qui parcourt les routes d’Europe, du Nord au Sud. Alizée Perrin et Yoann Vanderdriessche, les jeunes designers, partent à la rencontre d’artisans pour découvrir des savoir-faire et de nouveaux matériaux, faisant la promotion des Low technologies, mobilisant des connaissances souvent pas ou peu valorisées, créant des ateliers de fabrication éphémères, favorisant la rencontre intergénérationnelle et de voisinage. Ils travaillent le cuir, le bois, l’acier et jouent avec le feu pour fabriquer des objets en petite série et des aménagements sauvages en ville ou en pleine nature (Wild Human Life est leur marque de fabrique).

Une question nous occupe en commun : Comment produire de l’énergie avec notre corps ?

 

RÉSIDENCE 1 : CONSTRUIRE UN MOTEUR UNIVERSEL À ÉNERGIE HUMAINE

RÉSIDENCE 2 :  RENDRE UNIVERSEL CE PROTOTYPE

 

 

RÉSIDENCE 1 : CONSTRUIRE UN MOTEUR UNIVERSEL À ÉNERGIE HUMAINE

Pour La Maison forte, lors de leur première résidence, ils ont performé leur moteur électrique conçu à partir d’une machine Singer pour développer un Moteur Universel à Énergie Humaine. Première application, un broyeur à déchets verts. L’étude montre que l’on peut connecter aussi une pompe, un téléphérique, tout ce que notre imagination nous permet.

 

Début de résidence, qui sont-ils, quel est le projet ?

 

Fin de résidence, alors c’était comment ?

RÉSIDENCE 2 :  RENDRE UNIVERSEL CE PROTOTYPE

Après l’utilisation du système par quelques deux cent personnes, deux constats : les gens aiment pédaler ensemble sur cette solution double step mais il est difficile de se projeter dans un usage. Par contre, quand on met en évidence qu’il faut pédaler six heures sur ce moteur pour griller deux tartines de pain, l’invisible électricité prend un poids et fait réfléchir chacun à nos façons de consommer l’énergie. La seconde résidence a donc travaillé à connecter au système une solution de monitoring capable d’informer sur ce que l’on consomme et ce que l’on produit. Une batterie et un alternateur ont été branchés pour faire désormais fonctionner tout type d’outil électrique sans modification préalable. Cette fois, oui, cette solution est universelle : Belle, intelligente, drôle, pédagogique et utile !

 

Leur première résidence a donné lieu à notre JOUR J # 1

samedi 7 décembre

Durant une journée, nous avons invité à découvrir la face cachée de nos machines. Comment nous libèrent-elles ou le contraire ? Que consomment-elles ? Peut-on inventer une machine à énergie humaine ? Bienvenu dans l’univers des makers, du « Do It Yourself », réapprenons à faire avec des ateliers ludiques, des échanges citoyens, un cirque, des expositions…

Plus d’infos