C’est quoi

Au commencement, un constat partagé
Le projet / équipements / activités
Axes de recherche

 

Au commencement, un constat partagé

Une situation de rupture : perturbations irréversibles des équilibres météorologiques et démographiques, épuisement des énergies combustibles aussi bien que sociales et psychiques, clivage d’une organisation sociale qui creuse toujours plus les inégalités, financiarisation meurtrière de l’économie, dégradation des relations entre l’Homme et la Terre… Cette déflagration touche chacun de nous au plus vif de son énergie vitale, interroge notre adhésion à des modèles de changement qui semblent aujourd’hui grippés… Pourtant partout dans le monde, en Europe, ici en France de très nombreuses initiatives martèlent qu’un autre monde est possible. Sobriété heureuse, pair à pair, coopérations,… micro alternatives qui interrogent toutes le sens, le collectif, les pratiques de concevoir et vivre ensemble.

 


Le projet / équipements / activités

Après dix-huit mois de préfiguration, d’échanges et de rencontres, de questionnements et de recherches, nous choisissons de nous constituer en Tiers Lieu ( selon un manifeste des Tiers lieux auquel nous souscrivons activement ).

 

La Maison forte construit une Fabrique coopérative des Transitions, un Tiers lieu en milieu rural. Une fabrique de liens tout simplement. C’est un espace d’expérimentation qui invente un écosystème de projets et d’initiatives à haute valeur sociale et culturelle.

 

En bref, La Maison forte se propose de :

> Développer une ressource commune, « un Commun » (une recherche-action),

> Proposer un dispositif d’animation locale, mené pour et par les coopérateurs (toutes les parties prenantes) : un « Jeu de Territoire » pour développer la qualité de vie ; développer l’économie de proximité ; dynamiser le lien social ; valoriser l’existant et développer les richesses du territoire ; soutenir et favoriser l’initiative de la coopération citoyenne.

> Développer un réseau de lieux d’accueil et de convivialité support au développement de ses objectifs.

 

Sur six hectares, La Maison forte propose une grande bâtisse d’accueil (salles de réunions, de restauration, chambres…), de nombreuses dépendances abritant des lieux d’habitation à usage privatif, un atelier partagé et des granges…

Les activités :

> un farmlab favorisant une synergie de micro-projets agricoles,

> un laboratoire d’innovation sociale et culturelle,

> un lieu d’accueil et d’apprentissages,

> un incubateur, espace de coworking et un atelier partagé,

> un échangeur culturel et artistique,

> un habitat participatif.

 

Axes de recherche

Recherches au long cours : les modèles de sociabilités utopiques

Des conférences, des séminaires et un travail d’édition, la Maison forte impulse un cycle de recherches transdisciplinaires autour d’un questionnement des modèles de sociabilités utopiques. Constitution d’un fonds ressources (textes, sons, vidéos…), invitations à participation, partages et apports de connaissances, compétences…

> Écologies conviviales : comment la convivialité s’inscrit dans le respect des environnements et des écosystèmes que nous travaillons à mieux comprendre.

> Création du commun : le commun réside moins dans le bien commun (toujours privatisable) que dans la praxis, cette faculté à agir et à créer ensemble du sens, de l’inattendu, du possible – du “commun”.

> Cohabitations collaboratives : comment, face à l’isolement, la peur et le communautarisme, nous cherchons et expérimentons des façons nouvelles d’être ensemble, de “faire coopération”.