APPEL À RÉSIDENCE

APPEL À RÉSIDENCE

Dans le cadre de son développement, le projet Mattang (agence de design d’écosystème implanté à la Maison forte dans le Lot-et-Garonne souhaite s’associer à un designer pour travailler à un dispositif transactionnel capable de rendre compte des dynamiques éco-systémiques au sein d’une organisation sociale, structurée ou non.

Ce dispositif permettra la construction d’un objet par les parties prenantes de l’expérience et reposera en tout ou partie sur des données collectées, principalement par le jeu.

Contexte

La maison forte :

La maison forte est un tiers lieu situé près d’Agen. C’est un espace culturel, une fabrique coopérative des transitions. Ce dispositif appuie son développement sur quatre pôles : synergie de micro-projets agricoles, innovation sociale et culturelle, transmission, accueil. Au cœur du projet, les saisons, dont l’objet est le croisement de questions sociétales, d’équipes artistiques et de parties prenantes pour un débat inventif.

Spuntera :

Spuntera est une agence de design organisationnel et stratégique, au service de la co-construction d’une économie hyperproductive, collaborative, équitable et soutenable.

La situation générale qui vous pousse à agir :

Nous travaillons sur la problématique des transitions qui nous attendent. Transition écologique, alimentaire, financière, du travail… Ces changements deviennent complexes à appréhender notamment car chaque facteur, chaque crise sont de plus en plus interdépendantes. Nous sommes dans un système qu’il s’agit de comprendre et d’apprivoiser. Rendre lisible cela et permettra à chacun de prendre une place constructive dans ce qui vient est une condition de changement.

La Maison forte et Spuntera portent une initiative commune, lancer une agence de design relationnel nommée Mattang.

Comme inspiration de notre approche, nous avons en effet choisi les mattangs, ces cartes que les polynésiens produisent depuis 3000 ans afin de s’orienter dans leur univers informe où les seuls points fixes sont des atolls invisibles perdus au milieu de l’océan. Faits de bouts de bois, de coquillages, d’algues, ces objets permettaient de lire les vagues, la houle, les vents, l’environnement instable afin de naviguer d’atolls en atolls. Pour les construire, les navigateurs devaient développer non seulement une grande capacité à détecter des signaux faibles de leur environnement mais aussi puiser dans leurs sensations, leur monde intérieur pour les interpréter.

Notre projet Mattang aborde la question des écosystèmes culturels, entrepreneuriaux, territoriaux dans un lien intime avec le vivant et ses modes de fonctionnement.

En tant que designers relationnels nous souhaitons prototyper puis déployer de façon collaborative de nouveaux modes de production et de relation dans des logiques d’écosystèmes résilients.

Enjeux de la résidence

Pour lancer l’incubation de Mattang, nous devons trouver une façon d’entrer en relation avec notre “public”.

Peut-on énoncer l’intention de cartographier le sensible ? D’activer les possibles ? De détailler un processus permettant de créer un écosystème, de nouvelles formes de coopérations connectées ou de créer un processus auto-apprenant par l’apprentissage de l’expérience plus que par la théorie ?

Nous cherchons à construire une expérience sensible plus qu’un discours, un récit ou une démonstration. Nous considérons qu’une des formes pertinentes d’expression de l’intention de Mattang réside dans la création d’un objet et la mise en récit de son processus de production.

La résidence :

Nous souhaitons, durant une semaine, tenter les bases de co-construction d’un objet écosystémique qui permette aux parties prenantes de comprendre, de manière sensible, la place qu’elles peuvent occuper dans un projet, une dynamique, une organisation.

Pour ce faire, durant huit semaines, nous testerons des dispositifs de jeux coopératifs, de collectes de données sensibles, factuelles et relationnelles.

Nous aimerions, avec vous, questionner le process de collecte, la mise en œuvre d’un objet co-construit.

mots clés :
mouvements, fluide, rhizomes, réseaux, écosystème, vivant, fractal, “enracinement léger”, signaux faibles, sensible, incertain, indéterminé, sens, sensations, concret, commun, territoire, décentrement, désaxement, réconciliation, co-produire, conscience, re-co-naissance, réciprocité, abri, ouverture, contours.

Cet objet pourrait :

Être conçu, produit, maintenu sur le lieu de La Maison Forte
Par sa communauté et moultes contributions
Par un design d’un processus particulier mais ouvrant largement les possibles.
En cohérence avec les valeurs de La Maison Forte
En documentant le processus de production sous la forme d’un récit collaboratif et connecté
En créant différents micros/petits objets pouvant s’agréger et ainsi créer un méta-objet mutant mais dans une “architecture maîtrisée”.

Points d’entrées :

Un territoire et ses paysages : La Maison forte et son environnement élargi.
Des valeurs : les communs
Une production : la fabrique
Une posture : le décentrement, le désaxement.

Nous nous attaquons bien à la forme du rhizome qui est un méta-objet mais aussi un commun. Ce commun est une praxis, une façon d’agir et de vivre ensemble. Les communs sont d’abord un état d’esprit qui combine être et faire ensemble, plus qu’un avoir ensemble.

Cette production produit une esthétique singulière et la structure (mobile ? mouvante ? fluctuante ? Sonore ?  connectée ? écologique ?) qui aura été déterminée en amont l’influencera grandement. Un tel dispositif peut jouer d’un reflet numérique aussi, d’autant qu’il sera l’occasion d’un enrichissement au-delà de la communauté de La Maison forte. Le mode de diffusion pourra porter sur l’objet lui-même comme sur l’expérience, mais aussi en ouvrant à d’autres communautés le framework en opensource.

Enfin, cet objet est aussi une occasion pour la communauté de La Maison forte de “relationner” à un autre niveau une fois la production réalisée : retour sur le chemin de vie parcouru, régulation sur la cohérence avec le projet, à partir des traces de vies, belles et/ou cicatricielles, de l’expérience. Ainsi, il peut aussi être analysé comme un objet réflexif de résilience communautaire, facilitateur de la régulation entre les contributeurs.

Créatif, productif, contributif, relationnel, réflexif, fédératif, transmissif, résolutif, le design de l’objet réside aussi à ritualiser des processus vivants autour de cet objet afin qu’il incarne au mieux la notion d’écosystème.

Sources :

Nombre de ressources peuvent enrichir notre réflexion, nous nous en tiendrons à deux simplement :

Alain Milon, cartographie relationnelle
https://www.dailymotion.com/video/xffdjy

La Carte chez Deleuze et Guattari
Conférence de Manola Antonioli du Collège international de philosophie (archives 2010)
https://m.youtube.com/watch?v=sstdtZAEo7M

Dispositif :

La Maison forte vous invite une semaine pour tester une approche d’objet transactionnel à partir de ce sujet, avec les sources que l’on produira, les données collectées.

Logement, nourriture et déplacement pris en charge.

Forfait indemnité : 500 € HT.

Semaine du 10 au 17 août.

Attendus :

Nous souhaitons, à la fin de cette résidence, disposer d’éléments pour la production d’un cahier des charges qui nous permettrait de performer ce projet avant septembre 2020. Dans ce cadre, nous chercherons, le cas échéant, les budgets pour aboutir cette recherche et le dispositif attendu.

Cette production est réalisée sous licence creative commons. Si nous décidions, de ne pas continuer ensemble cette aventure, vous, comme nous, seraient libres de continuer les recherches, chacun de son côté, sans revendication de part ou d’autre mais avec citation des contributeurs au système. Ce cadre de licence sera débattu et arrêté avec vous afin de démarrer dans une logique de réciprocité et de co-responsabilité.

Candidature :

Adressez nous un CV, un état de compréhension que vous avez de notre démarche, quelques éléments qui nous permettrait de mieux saisir votre apport, vos besoins.

Ce document, de 5 pages maximum doit nous être adressé avant le 24 juin minuit.

cantonijulien@gmail.com
bruno@la-maison-forte.com

Nous vous apporterons une réponse le 1er juillet au plus tard.